Le débat sur la téléconsultation

Notre proposition de travail a été rappelée suite à un commentaire (peu amène mais c’est la loi du genre …) auquel nous avons bien entendu répondu :

« D’un côté ceux qui protestent contre l’obligation vaccinale se plaignent amèrement de ne pas savoir où consulter afin d’être pris en charge en cas de maladie. De l’autre côté une petite proportion de médecin veut bien soigner mais ne sait comment faire pour les faire bénéficier de la téléconsultation.
Nous proposons de les aider à se rencontrer, étant entendu que ce que nous suggérons aux médecins de communiquer sont leur données publiques de téléconsultation (lorsqu’ils la pratiquent) et rien d’autre. Notre propos est bénévole et s’arrête là 
»

Nous développons :

La politique d’obligation vaccinale systématique avance à marches forcées

– par l’obligation faite aux soignants

– par la 3ème dose dont il a été démontré qu’elle ne repose sur rien et n’a été décidée que sur des critères vaguement politiques. (Voir par exemple : https://basta-covid.fr/une-histoire-a-leau-de-dose/ )

– par le pass sanitaire dont le but évident sinon avoué est de vacciner le 100 % de la population.

En regard de la machine à injecter, la perspective des traitements précoces marque le pas : ceux qui les pratiquent sont de plus en plus discrets, quand ils ne sont pas découragés par les obstacles que Big Pharma et ses suppôts mettent en travers de tout, y compris d’une simple prise en charge des malades.

Conséquences : alors qu’il y a 6 à 8 mois il semblait bien que les traitements précoces allaient pouvoir émerger,  aujourd’hui, Big Pharma s’est ressaisi, la chape de plomb est retombée et l’entonnoir vaccinal tourne à plein régime.

Notre propos est de permettre aux médecins qui soignent de le faire et aux malades d’être pris en charge.

Donc nous joignons ci-dessous les références de l’Ameli sur la téléconsultation.

Nous joignons également les liens vers trois sites pêchés au hasard sur le web : selon nous un médecin, appelons le Dr Dupont, ne prend aucun risque en indiquant ici (ou alors où il voudra) qu’il téléconsulte et en mettant son lien de téléconsultation.

En revanche l’info est précieuse pour qui a absolument besoin d’être pris en charge.

Par surcroit, et pour éviter un afflux de consultations « opportunistes », rien n’empêche le médecin de préciser que sa téléconsultation est réservée aux cas symptomatiques (ce qui découle aussi des critères Ameli de la téléconsultation).

Encore un mot : nous accueillons avec plaisir les remarques ou suggestions de médecins (ou de non-médecins) en vue d’améliorer ou recadrer si besoin tel ou tel aspect de notre proposition.

Seul le silence est devenu impossible.

Merci à tous

https://www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/telemedecine/teleconsultation

https://www.qare.fr/recherche-praticien?depassement=false&gclid=CjwKCAjw092IBhAwEiwAxR1lRp7kEhJZ2vfq5vdkcNlIiH3-J7LZUPqaYCgK6SIDW5oklW17DLFcAxoCY58QAvD_BwE&page=1&resultatsParPage=10&specialite=general-practician&tiersPayant=true

https://decouvrir.mesdocteurs.com/decouvrir?pk_campaign=mes_docteurs_sont_la&pk_source=sea&pk_medium=cpc&gclid=CjwKCAjw092IBhAwEiwAxR1lRs2-W5ryQB6uHFosOgEd28_x3kfNKF36CA9JO4jjnhw5r7JqLJLUkxoCKCYQAvD_BwE

https://www.doctolib.fr/video_consultation

Un commentaire

  1. Intéressante conversation avec une connaissance médecin (il n’est pas notre médecin traitant), qui se situe dans la moyenne floue (ni contre le vaccin / ni pour le gouvernement). En un mot et selon ses termes « fait le job ».
    Question de ma part : si je viens vous voir avec le symptôme du Covid : vous me soignez avec le protocole IHU ? Ou alors avec Ivermectine + un antibiotique ?
    Réponse : vous savez, j’ai une femme et deux enfants. Moi : je ne comprends pas votre réponse. Réplique : si, je crois que vous comprenez très bien : nous en sommes tous là. Prêts à soigner mais pas à « se faire descendre par Véran » (je cite).
    J’ai allégé par courtoisie le débat qui devenait tendu.
    Cela dit ces médecins naïfs devraient se rendre compte que leurs jours sont comptés : une fois que la terreur ambiante les aura utilisés, ils disparaitront dans les miasmes de Big Pharma.
    Les pouvoirs autoritaires se débarrassent toujours en premier de leurs complices innocents. Trop de témoins gênants.
    Soigner est admirable. Ne pas soigner est une honte. Churchill aurait dit : vous acceptez la honte pour éviter la ruine : vous aurez la honte et la ruine. Et cette fois pas sûr que les résistants de 1944 seront si bien considérés car les injectés sont par essence non libérables de leurs poisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.